Karesansui (jardin sec)

Ce type de jardin a vu le jour à la période Kamakura. Il symbolise la montagne et l’eau sous ses différentes formes (océan, cascade, rivière…). Bien que l’eau y soit représentée, elle ne fait pas partie des éléments utilisés dans la réalisation d’un jardin Karesansui. Elle est mise en scène à l’aide de graviers de formes, de tailles et de teintes diverses. Apparût à la période Kamakura, il faudra attendre la période Muromachi pour qu’il devienne un type de jardin japonais à part entière. C’est un jardin dans lequel on ne se promène pas mais que l’on contemple.

Ce n’est plus une promenade physique mais mentale et spirituelle. Les jardins de ce type sont plus communément appelés « jardins Zen ». Bien qu’ils soient en étroit rapport avec la religion, ils ne sont pas foncièrement destinés à la méditation. Au Japon, les moines ont pour habitude de la pratiquer dans une pièce appelée Zendo. Il leur est bien entendu possible de méditer en face d’un jardin, mais cela ne constitue pas l’endroit le plus approprié et ils préfèrent les pièces sombres. Au dela de l’aspect contemplatif, le seul lien concret qu’il pourrait avoir avec le Zen est la notion de propreté et d’entretien. Par conséquent le ratissage des bancs de sable ou tout autre tâche d’entretien du jardin se révèlent être un exercice de méditation fréquemment pratiqué par les moines.